Direction de la protection de la jeunesse (DPJ)

  • Téléphone : 418 723-1255
  • sans frais : 1 800 463-9009
  • Téléphone : 418 543-3006
  • sans frais : 1 800 463-9188
  • Téléphone : 418 661-6951
  • sans frais : 1 800 463-4834
  • Téléphone : 819 378-5481
  • sans frais : 1 800 567-8520
  • Téléphone : 819 566-4121
  • sans frais : 1 800 463-1029

Téléphone : 514 896-3100

Téléphone : 514 935-6196

  • Téléphone : 819 771-6631
  • Numéro sans frais : 1 800 567-6810
  • Téléphone : 819 825-0002
  • Numéro sans frais : 1 800 567-6405
  • Téléphone : 418 589-9927
  • Numéro sans frais : 1 800 463-8547

Voir régions de l’Abitibi-Témiscamingue ou du Saguenay–Lac-Saint-Jean

  • Téléphone : 418 368-1803
  • Sans frais : 1 800 463-4225 (jour) ou 1 800 463-0629 (soir)

sans frais : 1 800 461-9331

  • Téléphone : 450 975-4000 ou 450 975-4150
  • sans frais : 1 888 975-4884
  • Téléphone : 450 756-4555
  • sans frais : 1 800 665-1414
  • Téléphone : 450 431-6885
  • sans frais : 1 800 361-8665
  • Téléphone : 514 721-1811
  • sans frais : 1 800 361-5310

Ungava

  • Téléphone : 819 964-2905

Baie d’Hudson

  • Téléphone : 819 988-2191 (jour) et 819 988-2957 (soir)
  • sans frais : 1 877 535-2345

Chisasibi

  • Téléphone : 819 855-2844 (jour)
  • sans frais : 1 800 409-6884

Waswanipi

  • Téléphone : 819 753-2324
  • sans frais : 1 800 409-6884

La protection des enfants relève de leurs parents, mais aussi de l’ensemble de la collectivité. Que vous soyez un intervenant en milieu de garde, un professeur, un professionnel de la santé, un policier, un voisin ou un membre de la famille, vous avez un rôle important à jouer dans le dépistage des enfants en grande difficulté.

Les enfants abandonnés, négligés, victimes de mauvais traitements psychologiques, abusés sexuellement, abusés physiquement ou aux prises avec des troubles de comportement sérieux sont des enfants du silence.

 

Faire un signalement

Faire un signalement au DPJ, c’est déjà protéger un enfant

La Loi sur la protection de la jeunesse prévoit des situations où la sécurité ou le développement d’un enfant de 0 à 18 ans peut être compromis.

Les motifs de signalement

Le directeur de la protection de la jeunesse (DPJ) doit intervenir lorsqu’un enfant se retrouve dans les situations suivantes :

  • abandon
  • négligence
  • mauvais traitements psychologiques
  • abus sexuels
  • abus physiques
  • troubles de comportement sérieux

La DPJ peut intervenir dans les situations suivantes :

  • fugue
  • non-fréquentation scolaire
  • délaissement de l’enfant par ses parents à la suite d’un placement en vertu de la Loi sur les services de santé et les services sociaux.

Tout enfant a droit à la protection, à la sécurité et à l’attention que ses parents ou les personnes qui en tiennent lieu peuvent lui donner. Tout être humain dont la vie est en péril a droit au secours.
(Charte des droits et libertés de la personne, art. 39 et 2)

L’obligation de signaler diffère selon la catégorie de signalant et la situation. La LPJ (art. 39 et 39.1) prévoit que:
  • Les professionnels travaillant auprès des enfants, les employés des établissements du réseau de la santé et des services sociaux, les enseignants, les personnes œuvrant dans un milieu de garde et les policiers:
  • doivent, dans l’exercice de leurs fonctions, signaler au DPJ toutes les situations visées par la LPJ;
  • doivent, lorsqu’ils ne sont pas dans l’exercice de leurs fonctions, signaler toutes les situations d’abus sexuels et d’abus physiques, et ce, même s’ils jugent que les parents prennent des moyens pour mettre fin à la situation; c’est au DPJ d’évaluer si ces moyens sont adéquats;
  • peuvent, lorsqu’ils ne sont pas dans l’exercice de leurs fonctions, signaler les autres situations pouvant compromettre la sécurité ou le développement d’un enfant.
  • L’obligation de signaler s’applique même aux personnes liées par le secret professionnel, sauf à l’avocat qui, dans l’exercice de sa profession, reçoit des renseignements concernant une situation pouvant compromettre la sécurité ou le développement d’un enfant.

 

Informations

Loi sur la protection de la jeunesse

Manuel de référence sur la protection de la jeunesse (permettre une compréhension commune de la LPJ et de l’ensemble de l’organisation des services aux jeunes et à leur famille)

Quand et comment un juge peut-il intervenir dans la vie d’un enfant?

Signalement 

Tous les intervenants travaillant avec des enfants (garderies, écoles, etc) ont la responsabilité d’assurer le bien-être, la santé et la sécurité de tous les enfants accueillis dans l’établissement. Ils ont comme devoir de faire connaître au directeur de la protection de l’enfance et de la jeunesse, la situation d’un enfant dont ils ont des motifs raisonnables de croire que sa sécurité ou son développement est compromis.

Aide mémoire à l’attention des directions d’établissements

Aide-mémoire pour faciliter la prise de décision lors d’un signalement (Centre de la petite enfance)

Aide-mémoire pour faire un signalement

Démarche à réaliser par l’intervenant dans l’évaluation d’une personne significative lorsque l’enfant ne peut pas être maintenu dans son milieu

Faire un signalement

Faire un signalement au DPJ, c’est déjà protéger un enfant

Informer le D.P.J.: le signalement et sa confidentialité

L’obligation de signalement pour les intervenants liés par le secret professionnel

Quand informer le D.P.J.?

Qu’arrive-t-il après la réception d’un signalement?

Qu’est-ce qu’un signalement?

Signalement à la DPJ – guide

Signalement à la DPJ – affiche

Signaler la situation d’un enfant à la DPJ : implications légales?

Sur le site, vous trouverez plusieurs pages sur différentes clientèles.

Vous trouverez dans la section Outils TES une liste d’applications utiles et une liste non-exhaustive de pictogrammes.

Vous avez des questions, des suggestions? Écrivez-nous