L’engagement scolaire… et si le « poulet » était une approche à privilégier?!

Éducatrice spécialisée depuis 2003, j’ai eu l’occasion de travailler avec diverses clientèles au cours des dernières années, mais principalement en milieu scolaire.  Je dois avouer, par contre, que parmi tous les mandats qui m’ont été confiés à ce jour, j’ai eu un immense coup de coeur pour mon rôle dans un programme de prévention du décrochage scolaire, au primaire!  Rôle que j’endosse encore aujourd’hui -entre autre- avec tout autant de plaisir et de passion qu’à ses débuts, il y a 7 ans!

Il me fait donc plaisir, aujourd’hui, d’accepter l’offre de Marie-Claude et de vous faire découvrir cette approche, au cours des prochains mois, par l’intermédiaire de ce blogue.

Pour vous mettre en appétit…

Comme premier article, j’avais envie de vous faire découvrir la conférence du Dr. Nadia Gagnier, concernant la persévérance scolaire; rencontre que nous avons eu la chance d’avoir le 11 octobre dernier, dans mon milieu de travail.  Bonne lecture!

** Le rôle du parent dans la persévérance scolaire de son enfant:

Considérant que le 1/4 des Canadiens travaillent plus de 50 heures par semaine et que 58% se disent « surchargés », la conciliation travail-famille est un enjeu important dans l’engagement scolaire de nos jeunes.  De ce fait, plusieurs parents risquent alors de compenser le manque de temps en diminuant l’encadrement, en ayant des limites plus flexibles (on choisit nos batailles, après tout!) et en devenant plus exigeants envers le personnel de l’école.  Cependant, il est prouvé qu’un parent activement impliqué au sein du cheminement scolaire de son enfant aura pour effet que celui-ci sera lui-même plus engagé, développera davantage sa motivation (intrinsèque et extrinsèque) et son sentiment de compétence (atout essentiel à la motivation scolaire), tout en développant ses capacités d’auto-gestion, sa maîtrise des apprentissages et sa motivation pour la lecture!

– Et concrètement, on fait ça comment?

1-  Montrer que l’école est importante pour nous (s’informer, parler de son propre vécu, communiquer avec le milieu scolaire, s’y impliquer, participer aux rencontres…)

2- Offrir une routine et un environnement favorable (organiser la période des devoirs, faire des choix au niveau des activités parascolaires…)

3-  Avoir des repas en famille régulièrement (impact sur l’intégration des valeurs de la famille, sur l’exposition à des processus cognitifs et sur le développement socio-affectif…)

4- Offrir un soutien moral (savoir écouter notre enfant, l’orienter dans sa recherche de solutions…)

5-  Favoriser le développement de l’estime de soi (offrir un soutien inconditionnel, de l’affection, de l’encadrement clair et réaliste, une valorisation et favoriser les  saines amitiés…)

6-  Voir au développement de l’orientation professionnelle

Dites-nous comment le parent peut contribuer à prévenir le décrochage scolaire?

Au plaisir!

Tanya Régolo