Le petit morceau de carton

Il était une fois un petit morceau de carton, tout petit, avec de belles couleurs d’un côté et tout blanc de l’autre.

Oublié sur un coin de la table, il s’agrippait de son mieux pour y rester et faire son travail de petit morceau de carton, bien polyvalent en fait : il savait qu’il pouvait servir à caler une porte, stabiliser une table bancale, accueillir une mini-liste d’épicerie griffonnée à la hâte ou encore un tout petit mot d’amour… « je t’M« …

Il était déjà tombé de la table quelques fois : le vent du changement de saison, à l’ouverture de la porte patio, ou encore le chat et son besoin de somnoler sur quelque chose, avaient eu raison de son opiniâtreté… mais à chaque fois, sa persévérance à remplir sa tâche l’avait fait remarquer, même à terre, et il était retourné à son poste, fidèle.

Sa tâche… parfois, il se sentait un peu perdu, tout seul… surtout lorsqu’il voyait d’autres papiers cartonnés et qu’il se comparait, un peu… beaucoup… trop ? Le beau calendrier coloré sur le frigo, consulté par toute la famille… le dessin du petit dernier, encadré… la carte de géographie, nouvellement arrivée sur le mur de la cuisine, sujet de toutes les conversations du souper…

Quelle était sa place, à notre petit morceau de carton ? La connaissait-il, au fait ? Sa juste place, celle qui lui donnait des papillons dans le ventre quand il accomplissait son travail, celle qui le faisait se sentir important, connecté, utile…

Et vous, avez-vous deviné ce que notre petit morceau de carton coloré est en fait ?

Et bien, c’est un morceau de casse-tête ! 

Oui, un des 1000 morceaux du casse-tête autour duquel la famille se réunit chaque jour au retour de l’école et du travail, pour passer un petit temps ensemble avant la frénésie des devoirs et du souper. 

Notre petit morceau, isolé dans le coin de la table, sert à marquer le coin gauche du casse-tête, et est le premier de ses collègues, rassemblés en tas non loin de lui, à réaliser le soleil qui illumine le paysage représenté.

Il a enfin trouvé sa juste place, notre petit bout de casse-tête cartonné. L’avait-il oubliée ? Il fait partie d’un tout, il est absolument indispensable à la réussite du projet et il procure par sa présence et celle de ses collègues un moment de détente et de retrouvailles propice à la libération des émotions de chacun et concourant à la solidité de la famille. Toute une tâche, n’est-ce pas, qui n’a rien à voir avec celle de la carte de géographie, plus grande, plus chère… et une tâche qui est pourtant tout aussi utile.

Cette histoire m’a été inspirée par Danie Beaulieu et ses mille et une utilisations en impact des pièces de casse-tête, ainsi que par sa vidéo de la juste place. Je suis fan, et grande utilisatrice d’objets du quotidien pour illustrer un message, ou faire avancer une réflexion. L’impact est un de mes outils préférés en pédagogie positive. 

Je tenais à vous partager cette histoire pour souligner à ma façon la première Semaine des Éducateurs et Éducatrices Spécialisés, du 3 au 7 avril 2017, mise sur pied par l’AEESQ, l’Association des Éducateurs et Éducatrices Spécialisés du Québec. 

Connaissons-nous notre juste place, en tant qu’éducateurs ? Avons-nous tendance à nous comparer aux professionnels, aux enseignants, et ces comparaisons profitent-elles à notre estime de nous, à notre sentiment de compétence ? Nous sommes riches de notre proximité, nous sommes riches de notre diversité. Nos clientèles sont notre priorité, c’est certain… mais prendre soin de nous comme intervenants, pour aller plus loin, c’est aussi important.

Bonne semaine, les estimés et estimées collègues ! 

Bien fière de faire partie de cette profession… et ce, les 51 autres semaines de l’année aussi !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *