Ensemble, c’est tout… de suite !

p1

 

Étiez-vous à Joliette, vous ?

Les 8 et 9 juin derniers a eu lieu le 5e Colloque T.E.S. au Cégep de Joliette.

Organisé de main de maître par une équipe d’enseignants du Cégep, auxquels se joignent des éducateurs et professionnels de différents secteurs essentiellement de Lanaudière et de Montréal (Institut en Santé Mentale, Centres Jeunesse, Commissions scolaires, Tables de concertation régionale des organismes communautaires, C.S.S.S…), ce colloque a pour vocation de proposer, aux deux ans, du contenu riche et varié pour nous, éducateurs spécialisés, avec un thème central rassembleur. Celui de l’édition 2015 était « Les T.E.S. d’hier à demain, de l’unicité à l’interdisciplinarité » et celui de cette année, « Gardons la flamme ».

Donc, étiez-vous au Colloque de Joliette, vous ?

Si oui, vous avez sans doute vibré avec Sonia Lupien, chercheure, professeure et entre autres, directrice du Centre d’études sur le stress humain à Montréal ! Sa conférence d’ouverture était si drôle et allumée, si interactive, que le stress, ses différentes formes, sa fonction première, notre cerveau et les hormones associées, ainsi que les différentes façons de faire tomber ce stress quand il devient nocif n’ont plus de secret pour nous… ou presque ! Passionnant, pour nous qui avons un métier à la fois merveilleux et si intense, et pour les personnes avec qui nous travaillons, soumises elles aussi à des stress importants et variés.

Si vous étiez à Joliette avec nous , vous avez aussi pris part à la nouveauté de l’édition, un séminaire en petits groupes de travail, dont le fil conducteur était le thème du Colloque, « Gardons la flamme ». Avez-vous trouvé comme moi que ces partages, soutenus par des interventions en impact (bonjour Danie Beaulieu !), étaient vraiment soutenants, énergisants, et qu’ils avaient créé des liens entre nous. éducateurs de différents milieux, de différentes pratiques mais avec une flamme commune à (re)oxygéner ? J’y ai aussi découvert avec plaisir que nous nous oxygénions tous et toutes de façons parfois différentes, souvent proches, et toujours teintées des valeurs communes de notre profession.

Alors, Joliette… auriez-vous aimé y être ?

Vous auriez pu assister aux ateliers, données par des professionnels du milieu, en éducation spécialisée ou même en dehors. Qu’en auriez-vous pensé des contenus ? En ayant eu la chance d’offrir moi-même, avec ma collègue Mélissa Martel, trois ateliers (deux sur un outil de la pédagogie positive, le mind mapping, et un sur le regard de Pygmalion), je me dois de me fier aux échanges que j’ai eus avec plusieurs collègues présents lors des pauses pour  dire que les contenus étaient souvent riches et documentés, avec des partages d’expérience et des outils à rapporter dans nos pratiques respectives.

Auriez-vous ri, en fin de Colloque, avec Martin Larocque ? « Cela te tentes-tu ? » nous a-t-il demandé, avant de faire rire de nombreuses personnes avec ces anecdotes illustrant les multiples façons que nous pouvons développer, dans notre vie privée et professionnelle, pour ne pas faire les choses.

Je garde le meilleur pour la fin.

Comme tous les collègues présents, j’ai fait la rencontre de Sylvain Ratel, le président de l’Association des Éducateurs et des Éducatrices Spécialisés du Québec.

Notre association.

Une belle conférence d’ouverture, juste avant celle de Sonia Lupien, et la belle découverte d’un homme qui bouge, qui fonce, qui peut déranger, mais qui, avec son équipe, croit foncièrement en la valeur intrinsèque de notre profession. Personnellement, je suis membre depuis 2 ans, et je mesure mieux maintenant grâce à ce partage tout le travail fait par l’Association pour se bâtir un cadre de référence, une visibilité, pour amener notre profession à occuper de manière plus reconnue du grand public et des instances gouvernementales la place essentielle que dans les faits, elle occupe déjà et que lui reconnaissent ses partenaires de terrain. Un simple exemple, tiré du milieu scolaire que je connais un peu : à la fin de l’année scolaire, les messages sur Facebook de soutien aux enseignants qui ont fait du beau travail, sont fatigués et ont bien besoin de leurs vacances se sont multipliés : petites vidéos amusantes, images ou dessins humoristiques, témoignages même… Avez-vous vu passer beaucoup de ces messages concernant les éducateurs spécialisés présents dans les écoles, en soutien essentiel aux élèves ? Il y en a eu, notamment sur notre belle page, mais sur le Facebook général ? Or, une école qui fonctionne sans le soutien de ses éducateurs, est-ce encore la norme au Québec ?

Sylvain Ratel nous a chargé d’une mission, ce 8 juin dernier : de devenir dès maintenant des « éducateurs spécialisés », et non plus des « T.E.S., des techniciens en éducation spécialisée » !

team-386673Comprenez-vous la nuance ? Lorsque vous allez à l’hôpital, êtes-vous pris en charge par une « technicienne en soins infirmiers » ou par une « infirmière » ? Chez le dentiste, est-ce la « technicienne en hygiène dentaire » ou l' »hygiéniste dentaire » qui fait votre nettoyage de dents ? Vous avez compris : la fierté que nous ressentons pour notre profession, sa spécificité, sa défense, sa reconnaissance, peuvent se symboliser par ce titre : « Éducateur, Éducatrice Spécialisé/e ». Signons de cette façon. Témoignons de nos actions, de nos bons coups. Soyons visibles !

La constitution d’un ordre professionnel étant la prochaine étape de l’Association, nos avis à ce sujet sont importants : manifestons-nous.

J’ose croire, pour une première conclusion sous forme de clin d’oeil, que dans le titre de la 6e édition du Colloque de Joliette, en 2019, le « T.E.S. » sera unanimement compris par tous comme « Département de techniques d’éducation spécialisée » du Cégep de Joliette !

TESEt pour une dernière conclusion sous forme de coup de chapeau, lors du Colloque, chaque collègue questionné, chaque enseignant du Cégep rencontré… connaissait, utilisait, n’avait que de bons mots et même référait la page Facebook des Trésors en éducation spécialisée de Marie-Claude ! La visibilité et la fierté de notre profession te doit donc beaucoup, Marie-Claude : de leur part à tous, de notre part à tous, un beau MERCI !

 

 

Bon été à toutes et tous !

 

SaBine Gémis

T.E.S….. noooon ! Éducatrice spécialisée positive (=

Juillet 2017

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *